Mercredi 9 Juillet 2014 |  burkinagro.net   beninagro.net   nigeragro.net   togoagro.net
 Français  ?
Langue
 
Untitled Document
   ESPACE PUBLICITAIRE
   WEB TV








   DOCUMENTATION
   LES STRUCTURES FINANCIERES
   INTRANTS & EQUIPEMENTS
       AGRICOLES
   ALIMENTS ET PRODUITS
       VETERINAIRES
   PRODUITS PHYTOSANITAIRES
   ECOLES & CABINETS
   EQUIPEMENTS ET
      CONSTRUCTIONS
   INFORMATIQUE
   PACKAGE, LOGISTIQUE ET
      TRANSIT
   SECURITE
   LES INTERPROFESSIONS
   RÉSEAUX SOCIAUX

08/10/19 KKO International transformera en Côte d’Ivoire ses fèves de cacao 100% traçables

En 2014, KKO International veut révolutionner la façon de cultiver le cacao en Côte d’Ivoire, via sa filiale Solea. Si les techniques et autres étaient parfaites en laboratoire ou sur le papier, elles ont du affronter la réalité du terrain. Avec un peu de retard sur le calendrier, des investissements et des appels de fonds conséquents (€20 millions), un équilibre financier décalé, KKO international franchit aujourd’hui une étape supplémentaire en construisant une usine de production de chocolat Tree To Bar à Abidjan. Pour la financer en partie, elle a levé €3,8 millions auprès de ses actionnaires. Interview de Remy Allemane, PDG de la filiale Solea en Côte d’Ivoire, sur la valorisation du cacao entièrement traçable.

Comment avez-vous cheminé vers la construction d’une usine de transformation de cacao ?

Au départ notre métier de base était la plantation, de produire une fève de cacao de qualité entièrement traçable depuis la mise en terre jusqu’à la post-récolte. Après quand on voit le prix donné à la fève de Côte d’Ivoire -un prix fixe décidé par le gouvernement - auquel s’ajoute un maximum de FCFA 200 au kilo pour la certification et/ou la qualité, nous sommes donc un peu pénalisé. Aujourd’hui, nous constatons qu’en Côte d’Ivoire l’essentiel de la transformation est du broyage. Ils font tous de la masse, un peu de beurre et de cake, très peu de poudre. Si vous voulez acheter du chocolat de couverture c’est importé à quelques exceptions près. Nous nous sommes dit qu’il y avait une place à prendre et sur un produit entièrement traçable.

Nous avons mis en chantier notre propre unité de transformation dans la zone portuaire de Vridi à Abidjan sur plus de 1000 m2. L’usine devrait être opérationnelle en janvier-février 2020. Dans un premier temps, la capacité sera de 4 tonnes jour en un seul poste 8 heures et pourra à terme être portée aux maximum sur ce site à 10 tonnes jour. Cela pourrait représenter 3000 tonnes annuelles de produits transformés.

Votre propre production de cacao traçable est-elle aujourd’hui suffisante pour alimenter l’usine ?

Notre production est encore un peu faible. L’année dernière, nous étions en dessous de 300 tonnes. Cette année ont espère faire 450- 500 tonnes. Notre objectif à terme est d’avoir sur la zone de Bocanda dans le centre-est de la Côte d’Ivoire 2500 tonnes peut-être 3000 tonnes.

Nous ne sommes pas encore arrivés à la maturité des arbres, Il faut au moins cinq récoltes. Mais, sur les premiers arbres plantés, nous en sommes à la troisième récolte et nous avons un rendement moyen sur ces arbres de 2,5 kilos par arbre. Bien sur nous avons des arbres à 0 et d’autres à plus de 9 kilos ! Notre métier c’est de rendre tout cela homogène mais ce n’est pas simple. Au niveau de la souche Mercedes, de la simple irrigation, etc. On y arrive tout doucement. Mais cela a pris plus de temps que prévu. Ce que nous avions prévu de faire en 3 ans, nous a pris 6 ans. Mais, les résultats sont aujourd’hui positifs. Maintenant, que nous avons acquis une belle fève, nous mettons l’accent sur la post-récolte en particulier pour enlever l’acidité qui caractérise la fève ivoirienne et ainsi notamment limiter les temps de conchage.

Quelles seront les caractéristiques du chocolat de couverture produit ?

Ce sera du chocolat noir 55%-75% avec la particularité d’être entièrement traçable de type Tree-to- Bar. C’est à dire par rapport au Bean-To-Bar, on ajoute la traçabilité en amont de la coopérative. Nous sommes très peu à le faire au niveau mondial. En Afrique, il y a par exemple la chocolaterie Robert à Madagascar.

Notre chocolat de couverture sera vendu essentiellement à l’exportation, car sur le marché local, la traçabilité n’est pas aussi bien rémunérée. Nos clients seront essentiellement l’Europe, les Etats-Unis, le Canada.

Nous voulons juste essayer de créer de la valeur dans la chaîne en Côte d’Ivoire. Une fève vaut €1,5 et le chocolat fini de €80 jusqu’à €300 le kilo. Alors, nous n’allons pas jusqu’au €80, nous nous arrêtons avant, le prix de la couverture se situant entre €6 et €20 suivant la qualité. L’idée est de récupérer une partie de la valeur ajouté créée par la transformation et de €1,5 aller jusqu’à €6-€8.

Pourquoi avoir renoncé à votre programme Ocabsa et levé ensuite 3,8 millions ?

Nous avions signé un contrat avec un fonds anglais géré par ABO et le fonds European High Growth Oppotunities Securization Fund qui devait nous fournir les financements. Il s’est avéré que le montage financier était très destructeur pour la société. Ce n’était plus supportable. Nous avons donc arrêté et fait le dos rond pendant trois mois en l’absence de financement. Nous avons abouti à une levée de €3,8 millions, dont €3 millions de new monney. La moitié environ servira à la construction de l’usine.

Source: commodafrica

    Actualité
13/10/19  La fiche technique du Programme d’appui au développement des filières agricoles lancée à Korhogo
13/10/19 La fiche technique du Programme d’appui au développement des filières agricoles lancée à Korhogo
Lire+
Lancé à Korhogo par le ministre de l’Agriculture et du D&eacut...
 

09/10/19   Derrière la Sotra, l'indien Tata viserait-il les équipements agricoles en Côte d'Ivoire ?
09/10/19 Derrière la Sotra, l'indien Tata viserait-il les équipements agricoles en Côte d'Ivoire ?
Lire+
Tata, le plus grand conglomérat indien ($ 110,7 milliards de...
 

08/10/19  KKO International transformera en Côte d’Ivoire ses fèves de cacao 100% traçables
08/10/19 KKO International transformera en Côte d’Ivoire ses fèves de cacao 100% traçables
Lire+
En 2014, KKO International veut révolutionner la faço...
 

07/10/19  Bilan mitigé des mesures d'accompagnement de l'UE sur la banane en Côte d'Ivoire
07/10/19 Bilan mitigé des mesures d'accompagnement de l'UE sur la banane en Côte d'Ivoire
Lire+
Un atelier de restitution des résultats à mi-parcours...
 

07/10/19  La SUCAF-CI veut investir dans le maïs en Côte d'Ivoire
07/10/19 La SUCAF-CI veut investir dans le maïs en Côte d'Ivoire
Lire+
La Sucrerie africaine en Côte d’Ivoire (SUCAF-CI) a ann...
 

04/10/19 Les exportations des matières premières agricoles augmentent en Côte d’Ivoire
04/10/19 Les exportations des matières premières agricoles augmentent en Côte d’Ivoire
Lire+
Belles performances de la Côte d’Ivoire à l’export de ses...
 

04/10/19  France-Afrique, les filières élevage en fusion cette année
04/10/19 France-Afrique, les filières élevage en fusion cette année
Lire+
Décidemment, l'Afrique a le vent en poupe sur les salons...
 

24/09/19  L’OAPI veut renforcer le système de protection d’obtentions végétales
24/09/19 L’OAPI veut renforcer le système de protection d’obtentions végétales
Lire+
24 septembre 2019 (ivoireagro.com) L’Organisation africaine d...
 

23/09/19  Ghana-Chine : PPP pour une usine de transformation de cacao
23/09/19 Ghana-Chine : PPP pour une usine de transformation de cacao
Lire+
23 septembre 2019 (ivoireagro.com) Fruit d’un partenariat pub...
 

17/09.19  Premiers contrats de cacao de Côte d’Ivoire et du Ghana signés avec une prime de $400
17/09.19 Premiers contrats de cacao de Côte d’Ivoire et du Ghana signés avec une prime de $400
Lire+
17 septembre 2019 (ivoireagro.com) Les premiers contrats de cacao i...
 

 

Suivant Dernier
 
 
 © 2013 1er Portail de l'Agriculture en Côte d'Ivoire Conception :    |  Haut de page